Postulat accepté! « Adaptons Porrentruy au changement climatique »

« Adaptons Porrentruy au changement climatique»

Intervention de Baptiste Laville au Conseil de ville de Porrentruy, 18 mai 2017.

Madame la Présidente, Madame la Conseillère municipale, Messieurs les Conseillers municipaux, chères collègues et chers collègues,

Au niveau mondial, l’année 2016 fut l’année la plus chaude sur terre depuis le début des relevés de températures en 1880. Cet inquiétant record a été battu successivement à cinq reprises depuis l’an 2000 : soit en 2005, 2010, 2014, 2015 et donc désormais en 2016!

Alors que des évolutions climatiques naturelles s’étalent sur de longues périodes, les dérèglements actuels du climat, d’origines humaines, se manifestent à une vitesse qui dépasse notre entendement.

En Suisse, à l’horizon 2050 cela veut dire:

  • que la température moyenne aura augmenté à toutes les saisons jusqu’à 3,5° C,
  • que les précipitations estivales moyennes vont diminuer (entre 5 et 30 %),
  • que les périodes de chaleur estivale et vagues de chaleur seront plus fréquentes, intenses et longues,
  • que les événements extrêmes vont augmenter.

Le Jura, au cours des dernières décennies, a déjà éprouvé plusieurs fois des avant-goût de ces bouleversements. Souvenons-nous des périodes de sècheresses de l’été 2015, l’hiver doux que nous venons de passer ou encore le gel persistant de ce printemps qui a dévasté nos arbres fruitiers ! C’est un fait, la réalité du changement climatique, déjà perceptible aujourd’hui s’amplifiera dans les années à venir !

Le postulat en question demande donc que Porrentruy étudie les mesures urbanistiques nécessaires afin que notre ville s’adapte de manière réfléchie à cet état de fait.

Même s’il est ici surtout question de réchauffement, la réponse écrite du Conseil municipal à ce postulat, sur le fond comme sur la forme, me fait froid dans le dos ! Seulement six lignes en réponse à un sujet aussi important ! Les mots clefs du postulat « changements climatiques », « ilots de chaleur », « perméabilité des sols», « adaptation », … ne sont pas mentionné et le Conseil municipal botte en touche en disant « grosso modo » qu’il fait déjà tout pour aller dans ce sens. Pourtant l’ensemble des médias locaux ont bien compris le texte et ont montré plus d’enthousiasme et d’intérêt ! Le traitement écrit du Conseil municipal a seulement cela de bon qu’il révèle aux yeux de tous et toutes que nos autorités minimisent réellement cette question.

Je suis bien conscient que Porrentruy fait déjà des aménagements qui vont dans le bon sens et ce postulat, comme moi-même, ne le nions en rien! Je salue naturellement l’aménagement paysager du rinçoir et le projet de plan spécial de l’Oiselier qui intègre arborisation et zones vertes. Mais n’ayant pas trouvé de référence directe au changement climatique, je me demande si ce dernier est réellement mis en perspective lors des projets d’aménagements urbains ?

  • Quels essences d’arbres locales seront les plus adaptées au changement climatique?
  • quels types de fosses de plantations sont à recommander ?
  • quelles distances entre les arbres offrent un ombrage suffisant afin de garantir que ces mesures de végétalisation ne soient pas seulement visuelles mais aient un effet sur le microclimat urbain?
  • comment garantir une perméabilité suffisante des surfaces ?
  • quels matériaux devraient être recommandés afin d’augmenter l’albédo et minimiser l’accumulation de chaleur ?
  • les pavés-pneu du projet « my smart city » sont-ils adaptés aux canicules estivales ?

L’acceptation de ce postulat permettrait, par exemple, d’ébaucher des réponses à ces quelques interrogations. Mais les certitudes affichées de Conseil municipal sur la question climatique l’empêchent, à mon sens, de voir la réalité en face.

Depuis quelques années déjà, les arbres du centre de Porrentruy disparaissent au fur et à mesure des réaménagements des rues et place de la vielle ville. La construction d’Esplanade Centre, la rénovation du quartier de la gare, et l’entretien de la cour intérieure du château ont provoqué l’abattage de 43 arbres anciens, alors que seuls 14 ont été replantés in situ.

Même le volet « nature en ville » du concept « Cœur de ville » n’intègre malheureusement pas suffisamment la question du changement climatique. Le plan directeur communal « Cœur de ville » ne fait aucune référence à cette thématique. En lieu et place d’une végétalisation annoncée, Porrentruy poursuit la minéralisation de ses rues. Les fiches sectorielles du plan directeur sont à cet égard très éloquentes et instructives. Pour le réaménagement du centre ancien, le projet cœur de ville prévoit :

  • 3 arbres en moins sur la rue Pierre-Péquignat
  • 2 arbres en moins sur la rue des Baîches
  • 4 arbres en moins sur la rue des Malvoisins
  • 1 arbres en moins sur la rue des Annonciades

Chers membres de Conseil de ville, les réponses que notre commune doit apporter afin de s’adapter au changement climatique ne sont pas aussi simples et courtes que ce que le Conseil municipal aime à le croire.

Porrentruy, malgré sa petite taille, sera tout autant impactée que d’autres centres urbains ! Il ne suffit pas seulement de garder à l’esprit cette thématique, … mais il faut mener des réflexions afin de mieux saisir les opportunités qui se présenteront à nous. Beaucoup de villes ont déjà commencer à réfléchir sur ce sujet important : Bern, Lausanne, Sion…

Le groupe Ps-Verts demande appelle les membres du Conseil de ville à accepter ce postulat.

Postulat accepté par 21 voix contre 12!

Les commentaires sont désactivés.