AVSplus: une initiative importante

AHV-plus-Logo-definitiv-franz-italiano

L’initiative populaire « AVSplus » qui réclame une augmentation des rentes vieillesse de 10% a été lancée en mars de cette année par l’Union syndical suisse. La rente AVS moyenne des personnes vivant seules serait ainsi augmentée d’environ 200 francs, celle des couples d’environ 350 francs par mois.

L’AVS est solidaire

L’AVS est non seulement une assurance très sûre mais aussi très égalitaire. Se basant sur un système de répartition et un mode de financement fiables, elle garantie à beaucoup de personnes âgées des conditions de vie décentes.  L’AVS est indispensable à 80% des retraités.

Le 2ème pilier n’a plus la côte

Contrairement au 2ème pilier, l’AVS reste largement indépendante des cours de la bourse et des baisses des taux d’intérêt. Appelé aussi caisse de pension, le 2ème pilier est un compte épargne sur lequel les travailleurs et travailleuses doivent verser une part de leurs revenus. L’argent ainsi récolté est ensuite placé sur les marchés dans le but de réaliser des profits. Mais de mauvais placements cumulés à une économie en perte de vitesse mettent les caisses de pension dans de mauvaises postures. Le canton du Jura en a fait l’amère expérience. Aujourd’hui, l’avenir du 2ème pilier semble très incertain.

AVSplus : un pas important vers l’égalité de traitement entre les sexes

L’AVS est le principal pilier social de notre Etat social, assurance solidaire entre pauvres et riches, jeunes et moins jeunes, personnes avec ou sans enfant, solidarité entre femmes et hommes.

Que ce soit à cause de la maternité ou de l’éducation des enfants, beaucoup de femmes doivent diminuer leur temps de travail. Une fois à la retraite, ces femmes toucheront une plus petite rente du 2ème pilier. Cette discrimination n’existe pas avec l’AVS. Les femmes qui s’occupent de leurs enfants sont moins écornées grâce à une bonification « pour tâches éducatives et d’assistance » introduite par la 10ème révision de l’AVS.

L’AVS reste financièrement solide

De 1975 à 2008, l’AVS s’est montrée capable de doubler le nombre de rentes avec un financement stable à hauteur de 6 à 6,5% du PIB. Ceci s’explique en partie par le fait que l’obligation de cotiser n’est pas plafonnée alors que la rente AVS l’est. Celles et ceux qui touchent des salaires très élevés doivent payer des cotisations sur chaque franc gagné, alors que la rente maximum ne peut être que le double de la rente minimale. Ce plafond de rente maximal est de 2340.- par mois, même si le revenu est de un million.

Le financement

Une hausse de 10% des rentes va coûter environ 3,5 milliards de francs. Plusieurs pistes existent pour financer cette augmentation. Une première solution consisterait à prélever des cotisations sur les salaires. Cela représenterait 0,55% de cotisation supplémentaire pour l’employé et pour l’employeur. Une autre solution consisterait en un financement qui pourrait être assuré par un impôt fédéral sur les successions. Les impôts sur le tabac, l’alcool ou la TVA seraient aussi de possibles sources de financement.

Afin que le mandat constitutionnel selon lequel les bas revenus doivent aussi bénéficier d’une prévoyance vieillesse sûre soit rempli, il faut améliorer l’AVS. L’AVS est la base qui doit être renforcée par rapport au 2e pilier.

C’est pour cela que le comité des Verts du district de Porrentruy a décidé de soutenir activement l’initiative AVSplus.

Les commentaires sont désactivés.